Copyright © 2015. Tous droits réservés.Christophe Chazalon

Illustrations des livres imprimés à Genève aux XVe et XVIe siècles

Lors de nos recherches sur les ateliers typographiques genevois actifs au XVIe siècle, il est apparu intéressant de vérifier si la vision d'une Genève iconophobe, plus qu'iconoclaste, sous Calvin était un fait ou une idée préconçue, fruit de l'historiographie du XIXe siècle et du début du XXe siècle.

De l'utilisation des reproductions


La mise à disposition des images sur ce site ne donne pas droit à leur reproduction.
Il s'agit de photographies numériques prises par nos soins, dans la majeur partie des cas, dans le but d'avoir des copies de travail.
Pour tout travail d'édition ou toute publication, merci de vous adresser aux institutions concernées, afin d'obtenir leur autorisation (voir "Liens"), et aussi de citer le site www.1001geneve.net

De la Genève iconophobe

Il a donc été décidé de lister les livres comprenant des illustrations à partir de 1478 (date du premier livre imprimé à Genève) jusqu'en 1600 et de reproduire les illustrations, afin d'avoir une idée plus précise de l'emploi des images dans les ouvrages genevois avant, pendant et directement après Calvin.

Cette recherche a donné lieu à un article intitulé "Histoire du livre illustré à Genève (1478-1600)" paru dans Art + architecture en Suisse (Berne, 2006, n° 1, p. 24-31), dont voici un résumé :

Jusqu'en 1535, date de l'adoption de la Réforme à Genève, les illustrations sont particulièrement abondantes, en particulier dans les romans de chevalerie. Sur une centaine d'éditions d'incunables répertoriées,  30 sont illustrées (21 titres), auxquelles ont peu ajouter encore une quinzaine d'ouvrages comportant moins de 5 illustrations, chiffre choisi pour définir une édition illustrée, de façon il est vrai arbitraire.
A partir de la Réforme jusqu'à la mort de Calvin en 1564, en un siècle défini comme celui de l'image par rapport aux époques antérieures, la position du Réformateur sonne comme une stagnation, voire une régression pour la production imprimée illustrée, puisque sur plus de 1200 éditions genevoises parues durant cette période, 13 seulement sont illustrées (4 titres), plus une douzaine d'autres comportant moins de 5 illustrations. Toutes ont attrait à la religion.
De 1565 à 1605, l'humaniste et réformateur Théodore de Bèze, qui succède à Calvin à la tête de l'église genevoise, ouvre lentement, mais sûrement aux images les portes des ateliers typographiques. Sur un peu moins de 2300 éditions répertoriées à ce jour, 80 sont illustrées et une quarantaine comporte moins de 5 illustrations. Les livres religieux ont encore la prévalence, mais l'historiographie protestante et les ouvrages scientifiques offrent enfin une ouverture "visuelle" sur le monde .

Il faut cependant préciser que si les images sont rares dans les éditions genevoises, en comparaison à la production catholique, elles font sens et ne sont pas là pour "faire joli", mais pour compléter utilement le texte. Par ailleurs, leur rareté tient bien au dogme calviniste et nullement au coût supposé élevé des gravures.

Consultation des documents numérisés / AEG

Le portail e-rara.ch offre un accès gratuit aux images numériques en couleur d'imprimés anciens conservés dans des bibliothèques suisses. Les impressions suisses du XVIe siècle  en forment le principal pôle d'excellence.

Base de données du Centre d'iconographie Genevoise



Site web créé avec Lauyan TOWebDernière mise à jour : mercredi 30 décembre 2015