Copyright © 2015. Tous droits réservés.Christophe Chazalon

Archives des années 1536 à 1539

L'essentiel des extraits de cette période sont édités dans la nouvelle série des Registres du Conseil de Genève à l'époque de Calvin (R.C. impr.). Il est important de préciser que l'annotation qui complète ces éditions apporte un complément d'information indispensable pour leur bonne compréhension. Elle n'est pas reproduite ici. Les références bibliographiques au début de chaque paragraphe permettent de retrouver facilement les passages mentionnés au sein des volumes édités qui, à ce jour, vont de 1536 à 1540.

Les extraits des documents d'archives sont proposés sur ce site en libre accès. Ils ne donnent pas pour autant droit à une utilisation abusive ou une quelconque édition complète ou partielle autre que des citations ponctuelles dans un travail de recherche. Dans ce dernier cas, il sera simplement demander de préciser, en plus de la cote du document, la source, à savoir www.1001geneve.net.

1536

03-08 mars 1536
  • Jeham Mugnier, mercier, et le sr Anthoyne Froment, doyvent por loage d'une maison assize au carré de la charriere des Allemans, que fust de Francey De Cam, por ung am, comme apart par l'amodiacion receu par Butini au livre des amodiacions receu par Velluti, à fol. 12, por le pris de ff. 20.
(A.E.G., Finances S 2, fol. 36v°) [*Froment]

-

04 juillet 1536
  • (Ga. Pomard) - De Gabriel Poumard, concluditur quod pro quinquaginta scutis recipiatur.
(R.C. impr., n.s., t. I, p. 72) [*Pomard]

-

12 août 1536
  • (Pomard) - Audito nuntio pro Gabriele Poumard, arrestatur quod respondeatur sumus in termino justitie, fiet ei sicut ceteris.
(R.C. impr., n.s., t. I, p. 103) [*Pomard]

-

18 août 1536
  • (Pomard, 20 scuti solis)- Gabriel Pommard, imprimeur, pour luy et ses enfans, soit admyst pour vingt escus d'or soloil.
(R.C. impr., n.s., t. I, p. 110) [*Pomard]

-

29 septembre 1536
  • (Pomard ; Thesaurarius) - Audito Amedeo Pontet pro Gabriele Pomard, recipiuntur ab eodem decem scuti quos recepit thesaurarius, reliquos decem solvere debeat hinc ad festum Omnium Sanctorum et cavere.
(R.C. impr., n.s., t. I, p. 154) [*Pomard]

-

29 septembre 1536
  • (Pomard) - Gabriel Pomard juravit se a modo in perpetuum fidelem etc., insuper promisit solvere decem scutos de compositione restantes hinc ad proximum festum Omnium Sanctorum, cum dampnis, et ejus precibus, Ludovicus Savarini, condurerius, quem indempnem servare promisit etc., submisit etc., renuntiaverunt etc.
(R.C. impr., n.s., t. I, p. 155) [*Pomard]

-

29 septembre - 08 décembre 1536
  • Gabriel Pomard, imprimeur, doyt por ce qui l'at laysé Geneve du temps de la guerre, acord fet le 29 de septembrix 1536, la somme de 20 escus.
  • Glaudoz Pertemps at receu de Gabriel Pomard 10 escus. Glaudoz Savoyes at receu le 8 decembrix 1536, mis en l'arche, 10 escus.
(A.E.G., Finances K 1, fol. 49v°-50) [*Pomard]

-

15 novembre 1536
  • Nico Du Chesnoz, librayre, pour admodiation de certains me[m]bres que ast tenus en la maison des enfans de Cueur, comme apart par l'amodiation au livre des amodiations de Velluti, à fol. 16, commansant le 15 de novembre 1536 jusques le premier [biffé] de mai 1539, que sont 2 ans et demy, à 2 ff. por am, monte, ff. 5. Plus ast tenus la tour devant Sainct-pierre de loage du procureur Genoz.
(A.E.G., Finances S 2, fol. 44v°) [*Du Chesne]
  • Dit avoir poyé à Girard Chaboz, serviteur de monsr le tressorier Jaques Simond, 1 teston de roy, [soit] ff. 1, s. 1.
(A.E.G., Finances S 2, fol. 45) [*Du Chesne]

-

08 décembre 1536
  • (Pomard ; Capsa) - Gabriel Poumard a poyé dix escus de la reste de sa composition. Sunt in capsa.
(R.C. impr., n.s., t. I, p. 240) [*Pomard]

-

09 décembre 1536
  • Genève. Lettre de doléances à Berne, suite aux attentats commis par les fugitifs de Peney à la solde de la duchesse de Nemours.
  • "Magnifficques, puyssans et tres redoubtés Seigneurs, nous nous recommandons tres humblement a vostre bonne grace. Magnifficques Seigneurs, ainsy qu'avons eust vostre lettre en faveur de monsr l'abbé de Bommont, nous estions en propos supplier vouz Excellences nous donner conseil comment nous debvons guyder a pouvoir faire que soyons asseurés sus les champs hors nostre ville, mesmement sus le costé de France ou tous les jours sont noz gens assaillys, tant par les fuytyfz sortys de Pyney, entretenus tousjours [a] Anneissy par madame de Nemoux, que aultres a nous incogneust quil, a l'aultre foyere de Lyon devant passé, destrossarent des marchans de nostre ville et de Lausanne, et maintenant, au sortir de ceste derniere foyre de Lyon, hont tué prest Ambronay Jehan Franch, filz de Domenne Franch, nostre bourgois, venant de Lyon, chose bien cruelle et espourdissant les marchans en tant que facillement l'on les porroit devier suyvre leur accoustumé chemin, que seroit a vostre pays predjudice a cause des pyages et a nous grosse injure et damnaige nous tuer ainsy noz gens et les aultres destrosser. Et encore, dempuys ce, n'y a que six jours, il trovarent a Montloex ung gentilzhomme ytalien, homme d'armes du roy, se appelle Laurens Curval, qu'il assaillirent a mort tant seulement pour ce qu'il dict qu'il venoit veoir ses amys a Geneve et qu'il respondoit aux disans "que nous n'estions que chiens", que nous estions gens de biens, et aussi pour ce que son serviteur pourtoit une casacque roge qu'il pansoent luy avions donné. L'on a aussi pris ces jours passés au lieu de Cherens, prest Grenoble, ung homme de bien, appellé Loys, quil treigeoit icy, tant seulement pour avoir dict il venoit de Geneve, lequel l'on detient - ne scavons toutesfois si soit audict Cherens ou a Grinoble - pour luy avoir trouvé quelques lettres de noz prescheurs, don cregnons fort, sans la main de Dieu, il ne luy facent comment firent n'y a guere a ung aultre appellé Martin , lequel, pour ce qu'il se renomma estre imprimeur en Geneve, ilz suyvirent, noyarent et faire morir. Sur quoy vous supplions vostre amyable conseil. Et si le lieu advenoit de escripre pour quelque affaire au roy, il vous plaise luy toucher de cela affin il y aye de l'advys de ne permette tel affaire. Vous nous fairés ung gros bien avecque les aultres, don resterons tousjours myeulx obligés. Et touchant ledict seigneur abbé de Bonmont, magnifficques Seigneurs, il a mal informé voz Excellences, car nous ne luy detenons ny vouldrions detenir chose que soit de son bien, troup contans que s'il nous monstre luy detenons chose que soit de son propre, entierement luy satiffaire. Prians sur ce le Createur, magnifficques, puyssans et tres redoubtés Seigneurs, il luy plaise vous donner bonne prosperité. De Geneve, ce neufz de decembre 1536. Voz tres humbles serviteurs et combourgois, les syndicques et Conseil de Geneve."
(A.E.G., C.L. 3, fol. 180v°) [*Gonin]

-

12 décembre 1536
  • Genève.  Plainte adressée aux conseillers du Parlement de Grenoble au sujet de l'emprisonnement de certaines personnes demeurant à Genève.
  • "Nobles, magnifiques Seigneur. Magnifiques, discretz et saiges Seignieurs, nous nous recommandons bien a vostre bonne grace. Nous sommes advertis que despuis cinq moys passés, ou environ, avez emprisoné ung imprimeur, habitant de nostre ville de Geneve, lequel avez faict morir. Et aussi que le dernier jour du moys de novembre, prochenement passé, ung gentilhomme nommé monsr de Rosset a prins a Cherem ung compagnion venant de nostredicte ville, lequel detenez et faictes detenir. De quoy sommes grandement marris, atandu que ne scavons les causes pourquoy cella faictes et permettés estre faict, ce que ne pansons estre du voloir du roy auquel n'y a personne de ses soubjectz n'avons donné occasion de cela faire, ains leur avons faict et sumes prest a faire tous les plaisirs, honneurs et services a nous possibles, comment scavent les seigneurs de sa court quil hont faict la derniere levee des Suiches et ceulx quil vont et viennent en ceste ville du royaulme de France, et principallement du Daulphiné, voyre de Grenoble, esquelz faisons service en ce que pouvons. Et sont tous en asseurance de parler et marchander et faire leurs besognies comme s'il estoent en leurs propres maysons. A raison de quoy sommes grandement esmervelliez par quelle cause enprisonez, tormantez et faictes morir noz habitans, et subjectz, et ceulx qui viennent de nostre ville, desirans scavoir si avés quelque occasion a nous. Vous envoyons la nostre presente par nostre messaigier pour vous prier nous en veuillés advertir affin y puyssions pourvoitre. (fol. 183 v°) Nous scavons que le roy ne veult estre faict aux nostres sur son pays pys que faisons aux siens, esqueulx, comment avons dict, ny deffaict ny de paroles ne vouldrions faire desplaisir. Et cependant, puysque scavons icelluy compaignon n'estre detenu pour larressin, murtre ny meschanseté, mais seulement pour venir de nostre ville, il vous plaise, a nostre requeste, vous contenter de l'avoir imprisonné, sans luy faire aultre torment. Vous nous obligerez a vous faire service ou a nous sera possible et prier Nostre-Seigneur, Magnifficques, discretz, saiges et nobles Seigneurs, il vous doent bonne prosperité. Magnifficques Seigneurs, il vous plaira nous oultroyer nostre requeste et response de nostre presente par nostredict messaigier. De Geneve, le 14 decembre 1536."
(A.E.G., C.L. 3, fol. 183-183v°) [*imprimeur]

-

14 décembre 1536
  • Genève.  Lettre au châtelain de Chirens (Isère) qui détient un compagnon ayant demeuré à Genève.
  • Monsr le chastellain, nous nous recommandons bien a vous.  Nous avons entendu comment, a la postulation de monsr de Rosset, hayés prys et detenés ung compaignons quil passa riere vous le dernier de novembre passé, occasion prise qu'il venisse de nostre ville, chose que nous poyse ainsin prendre ceulx quil traffiquent en nostre ville. Desja avions entendu qu'il y a environ cinq moys que en ce quartier fust prys et mys a mort ung nostre habitant, (fol. 184) imprimeur, non point aultre sinon qu'il venisse de nostredicte ville. Ces choses nous font emerveillé don cela vient, veu que n'avons faict desplaisir au roy ny aux siens, ains tous plaisirs et servisses etc., don ne pansons ayés cela de commandement. Pourquoy desirans scavoir don cela procede, vous avons envoyer la presente pour vous prier il vous plaise nous en advertir, affin nous saichons sur cela conduyre. Et ce pendant vous plaise a nostre requeste humainnement tracter ledict compaignon et vous contenter qu'il haye tenu prison en ce temps que est froit, sans aultrement le tormenter. Vous nous obligerés etc. 14 decembre.
(A.E.G., C.L. 3, fol. 183v°-184) [*imprimeur]

-

15 décembre 1536
  • Amblard Cornaz doyt rendre 3 pose de terre assize derreir Nostre-Dame-de-Grace, que futz des biens dudit covent, qui tien par ypotheque à luy ballié le 15 decembrix 1536, por le pris de, escus 50. Lesusdt 50 escus soley luy ont esté entré et deduict sus l'achapt de la maison de monsr de Normandie par luy mise por led. de Normandie."
  • Glaudoz Savoyes at receu de Amblard Cornaz, mis en l'arche qu'en tient compte, escus 50.
(A.E.G., Finances K 1, fol. 71v°-72) [*Normandie]

1537

07 février 1537
  • (Neuschastel) - Icy est parlé de ce que maistre Guilleaulme Farel a exposé de escripre une missive à Bisanson à cause des bibles imprimees de Neufchastel, pour ce que Olivitanus que les a imprimé est icy riere nous. Sur quoy est arresté de escripre deux lettres, une à Neufzchastel, l'aultre à Bisansen sus celluy affaire.
(R.C. impr., n.s., t. II/1, p. 62) [*Olivetan]

-

18 mars 1537
  • (Disputatio) - Icy est esté mys en avant le propos de la dispute. Et pour ce que c'est chose plustost engendrant different et diverses opinions que vivon, et plustost faire vaxiller à la foy qu'estre ferme, attendu que le assaillant n'est suffisant et n'estant amener chose où il se puysse resolvre, est arresté que, dès icy en avant, icelle dispute cesse; et affin que l'on ne aye a imprimer quelque chose d'ycelle sans nostre sceu, est arresté que l'on face apporter et retirer tous les escriptz en nostre Maison de Ville. Au surplus, que l'on leur dye qu'il se retirent de nostre ville et de noz terres sus poenne. Et dire à maistre Guilleaulme que, dès icy en la, il ne entre en telle dispute sans nostre sceu et que jamais l'on ne doege oyr telz catabaptistes ny leurs consors. Dempuys est esté advisé qu'il soyent demandés et que l'on leur demande s'il se veulent dedire de ce qu'il hont faulsement proposé, à quoy il se sont soubtmys soubstenir, car aultrement, jouxte leur submission, puysque trouvons leur cas erronee, nous adviserons les actes pour procedir en justice.
(R.C. impr., n.s., t. II/1, p. 107-108) [*imprimeur]

-

30 mars 1537
  • Johannes Bomeromenus, imprimeur, et Jehan Tordeur, tornier, du Lyege, gens, comment il disent, veulent soubstenir par la vye le baptesme ne debvoit estre baillé aux petys enfans etc., sont esté oys et leur est declairé la bannissement desja faict aux aultres de leur sette.
(R.C. impr., n.s., t. II/1, p. 127) [*Boremomenus]

-

27 avril 1537
  • (Mandement de 6 copes froment) - Touchant à la confession de nostre foy, e[s]t concluz que l'on les pregniez se que Vuigan  n'aura imprymer, et luy an fere ancoure inprymer, et les luy poyez, et les lyvré aus disainiers pour les lyvré au seuls de leur dysannes, affin que quant l'on vysytera que le peuple soyt myeuls informé. Et luy atton fet ung mandeman de 6 coppes fromen an dedusyon et n'az lyvré 1500.
(R.C. impr., n.s., t. II/1, p. 154) [*Koeln]

-

27 juin 1537
  • (Expeditio) - La maison que fust de Pierre Vieulx, condempné, assize en la rue de Rive, jouxte la maison que fust desdictz de Nixa devers soloil levant, la maison fust de Antoine Versonex devers le couchant, les murailles de la ville, ung servisse entre deux, devers la bise, la grand rue de Riva devers le vent, ensemble ses appartenances etc., est expedié à Michiel Du Boys, imprimeur de Parys etc., dernier et plus offerissant, pour le prys de trois centz et deux escus soloil. Icy il a baillé à bon compte, es mains du sr sindicque de Fosses, vingt escus.
(R.C. impr., n.s., t. II/1, p. 236) [*Du Bois]

-

27 juin - 31 juillet 1537
  • Micheil Du Boyes, imprimur de Paris, doyt por achet d'une mezon assize aut près de Rivaz, joste la mezon de monsr Blescheret devers le couchant, et que futz des biens de Pierre Vieux, condampné, qui l'az acheté le 27 de juin 1537, la somme de, escus 302. Apart au livre des abergemens, folio 245.
  • Pernet de Fosse at receu de Micheil Du Boyes, imprimur, en 2 foyes, le derneir de julliet 1537, escus 302.
(A.E.G., Finances K 1, fol. 84v°-85) [*Du Bois]

-

31 juillet 1537
  • (Fosses) - Nous avons receuz deux centz vuytante et deux escus, reste de trois centz et deux deubz par Michiel Du Boyes, imprimeur, sus l'expedition de la maison fust Pierre Vieulx et ce par les mains de maistre Antoenne Saulnier etc., desquelz quictons etc., remys au sindicque Fosses.
(R.C. impr., n.s., t. II/1, p. 276) [*Du Bois]

-

06 décembre 1537
  • Berne. Lettre aux syndics de Genève les avertissant de l'envoi d'ambassadeurs à la suite des dissensions touchant la confession de foi.
  • Nobles, magnifficques Srs, singuliers amys et très chiers combourgoys. Nous sumes certainement advertis par nous ambassadeurs que dernierement sont estés par devers vous, semblablement par aultres nouvelles, comme entre vous soyt quelque dissension à cause de la confession qu'az estee imprimee et publiee, aussy aultres choses. De quoy sumes très marris, lesquelles pourseder et apayser avons advisé d'envoyer nostre ambassade ver vous, dont vous prions, admonestons et requerons cependant estre et desmorer par ensemble en bonne paix, union et tranquillité, atendant la venue de nousdictz ambassadeurs, laquelle en brieff partira, considerant la ruyne que pourroyt suyvre en persistant en tieul trouble et dissension. Vous, derechieff, comme nous freres chrestiens, amys et combourgoys, admonestans et pour l'honneur de Dieu et ameur de nous esflagitant en ce nous complayre. Dieu soyt avecq vous. Datum VIa decembris 1537. L'advoyer et Conseil de Berne.
(A.E.G., P.H. 1537, n°1179/26) [*imprimeur]

-

11 décembre 1537
  • (Mandatum) - Sus une parcelle et compte de livres prys par Coral, predicant, des imprimeurs et libraires, que monte la somme de quarante vuyt florins, vuyt solz monoye, actendu qu'il est esté veu par Porral et Saulnier quil scavent quel livres ce sont, et que iceulx demeurent en l'Hospital, l'on luy faict mandatum.
(R.C. impr., n.s., t. II/1, p. 436) [*imprimeur]

-

28 décembre 1537
  • Berne. Lettre aux syndics de Genève relative à la confession de foi.
  • Nobles, magnifficques Srs, singuliers amys et très chiers combourgoys. Vous avés par nous lettres entendu nostre vouloyr et bonne affection que pourtons envers vous pour apayser tous differents que pourroyent exordre entre vous. Sur quoy avions advisé d'envoyer nostre ambassade par devers vous. Les raysons que nous ont faict retenir icelle, avés aussi assés entendues. Ce nonobstant, puisque sumes derechieff par m. Guilleaulme Farel informés les choses non estre ancores bien apaysees, vous voulons par icestes très acertés et très acertement et affectueusenent, comme nous freres chrestiens, admonester de mettre ordre et paix au trouble et different qu'est entre vous, lesquels, comme sumes advertis, procedent d'aulcungs rebelles et malvuillants à la parolle de Dieu et es sainctes ordonnances qu'avés sur ce faictes, mesmement à cause de la confession qu'avés imprimee, pour ce qu'au tiltre d'icelle est exprimé que debvés jurer de la tenir et garder ; et puisqu'en icelle lesdictz commandements, assavoyr les dix de la loy, y sont comprins, aulcungs veulent entendre que l'on jure iceulx observer etc., ce que n'est a homme poussible etc., dont aulcune rebellion et desobeissance est survenue entre vous. Avons icelle confession en parthie regardee, aussi la communicque à nous predicans, lesquels nous ont rapourté en plain Conseilz que icelle est selon Dieu et la sainte Escripture, et par ainsy conforme à nostre religion. A ceste cause, vous prions et admonestons les troubles, que a cause d'icelle sont entre vous, apayser et seder, considerant la grace que Dieu vous a faict, vous mettant merveillieusement non seulement en liberté exterieure ains aussy de vous consciences. Et par ainsy, pour l'honneur de Dieu et entretenement de vostre bien publicque, les choses mettre en bon ordre affin que ruine soyt evitee et les ennemis de la vraye chrestienne religion n'ayent occasion de soy resjouyr du trouble et dissention qu'est entre vous, et les maulvaix reculer de leurs sinistres machinations. A quoy fayre, Dieu vous doingt grace. Nous avons aussi donné charge à nous ambassadeurs, que en brieff seront par dela, d'employer toute diligence pour apaiser ce que pourroyt rester en desordre. Datum XXVIII decembris, anno etc., XXXVII°. L'advoyer et Conseilz de Berne.
(A.E.G., P.H. 1537, n° 1179/31) [*imprimeur]

1538

25 janvier 1538
  • (Albergamentum) - Nous albergeons au sire Michiel Du Boys, imprimeur de Parys, habitant de ceste cité, present etc., une nostre maison que fust des biens de Pierre Vieulx, condempné, assize en la rue devant Riva, jouxte la maison des heritiers de fust seigneur de Nissa , qu'estoit d'une femme nommé donne de Nixe, devers soloil levant, la maison de messire Jehan-Loys Blescheret, docteur, bourgois de ceste cité, devers le couchant, les murailles de la ville, une ruette entre deux, devers le lach et la bise, la rue publicque devers le vent etc., laquelle luy fust expedyé le [27] de [juing]  dernier passé comment plus offerissant et dernier, pour le prys de trois centz et deux escus soloil etc., par luy poyés etc., desqueulx quictons, et soubt la cense escripte aux ansiennes recognoiscances faictes aux evesques par le passé etc., devestans etc., investans etc. Il a recogneust etc., et promys etc.
(R.C. impr., n.s., t. III/1, p. 44-45) [*Du Bois]

-

18 février 1538
  • (Admodiatio) - Nous admodions à Jean Michiel, de Marnis, du dyocese de Bisanson, imprimeur, present, nostre maison de la Chantrerie, assise devant Sainct-Pierre, etc., pour trois ans prochains, dès aujoursduys, pour vingt florins pour an. Paiches qu'il la tienne couverte, nous luy livrerons les tyolles. Il a poyé l'intraige etc., et a promys observer etc. L'argent est mys en l'arche du Seaulx.
  • (Admodiatio ; Seaulx) - L'on a admodié à Jehan Michiel, de Marnys, dudict diocese de Besançon, present, la maison de la chantrerie de ceste ville, assize devant Sainct-Pierre, jouxte ses confins, pour trois ans prochains, dès aujoursduys, pour vingt florins pour an, et qu'il la tienne couverte, luy livrans les tieulles. Il a poyé l'intraige, qu'est mys en la boete du Seaulx etc. Jean Chaultemps estoit aussy present, quil le cognoit.
(R.C. impr., n.s., t. III/1, p. 112) [*Michel]

-

18 février 1538
  • Joham Micheil, de Marnis, du dioseze de Bizansom, imprimeur, doyt por admodiation de la mezon de la Chantreri, devant Senct-Pierre, à luy admodié le 18 de fevrier 1538, por 3 ans, por le pris de cheque am, ff. 20., et la mentenir de la men des chapuys.
  • Plus doit por l'am 1539, ff. 20.
  • Plus doit por l'am 1540 jusques à la Sainct-Michiel, ainsi est por demy an, que vault ff. 10.
(A.E.G., Finances S 2, fol. 27v°) [*Michel]
  • Ast poyé l'intrage livré à Messr, lequel ast esté mys en l'arche du Ceau, comme apart au registre de Roset, sur le 18 de fevrier 1538, à fol. 22, ff. 10.
  • Plus ast livré à monsr le tressorier Jaques Simond, comme apart en ces comptes à fol. 2, en deux poyemans, et pource, ff. 20. Ainsi doit de reste ff. 20.
(A.E.G., Finances S 2, fol. 28) [*Michel]

-

18 février 1538
  • Supplication de Janne, femme de Johan Gerard, lazquelle az supplié de fere levé ung instrument que Jo. Magna az recyeu. Resoluz de comectre az quelque home de bien de relever ledt instrument.
(R.C. impr., n.s., t. III/1, p. 189) [*Girard]

1539

26 mars 1539
  • (Missive du cardinal et evesque de Carpentras) - Est entrer en Petit Conseyl, ayant tenus le Grand Conseyl, proveable Johan Durand, citoyens dudtz Carpentras, lequelt az presenté une missive, ensemble ung lyvre en latin, priant il volloyr prendre à laz bonne part et sur ce responce. Arresté que l'on visiteraz ledtz affere et sur ce l'on luy feraz responce le plus brief qu'il seraz possible.
(R.C. impr., n.s., t. IV/1, p. 131) [*Sadolet]

-

27 mars 1539
  • (Responce du cardinal et evesque de Carpentras) - Az esté arresté, ayant viheuz laz missive dudtz cardinal, ensemble son lyvre, que l'on le fasse responce amyable touchant saz missive et que touchant laz responce du lievre, que en temps et lieuz l'on luy feraz responce.
(R.C. impr., n.s., t. IV/1, p. 131-132) [*Sadolet]

-

28 mars 1539
  • (Le cardinal Sadolet, evesque de Carpentras) - L'on az fayct les remarciations az son ambassadeur, autquelt az esté deslyvré laz responce.
(R.C. impr., n.s., t. IV/1, p. 134) [*Sadolet]

-

09 avril 1539
  • (Jehan Mychiel) -- Item, le 9 jor du moy d'avrys 1539, j'ay reseu de Jeham Michiel, par les men de Quatelynas, sa famme, em deduciom dom luage de mayzon, 10 ff.
(A.E.G., Finances M 24, fol. 38) [*Michel]

-

1er mai 1539
  • (Predicans) - Les quattres srs predicans ont apporter ung livre faulx  et faulcement imprimer en ceste ville, contre l'honneur et bien publiq de laz ville et de tous cieulx que tiengnent laz foy de Dieu. Resoluz d'aller trouver Jo. Gerard, imprimeur, lequelt ont dist avoyr imprimer icelluy livre et que l'on sache de luy que az esté le premier promoteur dudtz lyvre, et retiré tous lesdtz lyvres, et scavoyr laz pure du tout, et que les srs scindique il doyvent allez.
(R.C. impr., n.s., t. IV/1, p. 194) [*Dentière, *Froment, *Girard]

-

02 mai 1539
  • (P. Muthiod ; Thonon) - Le sr Pierre Muthiod az esté elieuz d'aller trouvé monsr le balliffz de Thonon, affin le informé du lyvre que maystre Froment, predicant de Thonon, az fayct imprimer.
(R.C. impr., n.s., t. IV/1, p. 195) [*Dentière, *Froment, *Girard]

-

06 mai 1539
  • (Maystre Anthoienne Froment)  - Est venus en Conseyl ledtz Froment, proposant qu'il avoyt entendus coment Johan Girard, imprimeur, est detenus en prison pour l'avoyr imprimer une espitre  que saz femme  avoyt envoyé à laz roienne de Navarre , le 14 d'apvril mil cinq cent trente huyct, az cause de ce qu'elle luy az fayct pluseurs biens, et en az retenuz le doble qu'il az deslyvré ; et en az fayct imprimer XVc, desquelles en az recyeuz 450, et luy az deslyvré, en deducion de saz poienne, troys ducas.
  • (M. Anthoienne Froment) - Oultre plus, az proposer coment ill az entendus que laz reste desdtes espitres luy soient saysir et sequestrer, requerant les luy volloyr deslyvrer, aultrement luy volloyr declayrer partie, affin ly en respondre, cart saz marchandisse est bonne. Et si saz femme n'est suffisante az maentenyr icelle espitre estre selon Dieu, se mest aut lieuz de saz femme et veult maientenyr icelle espitre estre composé et faycte selon Dieu, et non poient contre icelluy. Et qui n'az poient fayct chose ne vouldroy fere, ly, ne saz femme, que fust contre l'honneur de Dieu ny contre laz ville, mes vouldroy moury pour icelle maientenyr, coment bon serviteur. Et pour ce que l'on vouldroy imputer quelque calumpnie, az cause de ce qu'il est escript en icelle espitre, aut comencement : "imprimer Anvers, chieuz Martin Lempereur etc.", que cella n'est poient meschamment fayct, cart, quant il l'usse peult, il l'usse fayct imprimer audtz lieu d'Anvers, mes ill az entendus que ledtz Martin Lempereur estoyt mort, avecque ce, que soventesfoys, l'on use de cella, affin que l'honneur de Dieu et l'avancement de saz saincte Parolle soyt mieulx publié, et que ung des predicans de laz ville az bien fayct fere le semblable aut temps qu'il demoroy az Neufchatel .
  • (Contre maystre Anthoenne Marcour) - D'aulchongs lyvres que furent imprimer az Neufchatel et fist mecstre qu'il estoyent imprimés ailleurs, que ce nomme maystre Anthoienne Marcour.
  • (Contre maystre Morand, docteur) - Daventage, az proposer coment ill az esté autjourduy à laz predication du docteur Morand, lequelt az dist que sainct Paul avoyt esté caffars et que cella ne ce trouve poient en laz saincte Escripture, voyre qu'il az bien esté farisien. Part conclusion, demandant ledtz Froment, ledtz Johan Girard, imprimeur, estre des prisons liberés et ses livres luy estre restituer, protestant de ses interest etc., soy submecstant les maentenyr estre fayct selon Dieu, et justice luy estre ministrez, arrester que touchant l'original de ladte espitre qu'il az ballié, escript de saz maien, qu'il soyt collationé avecque celles que son imprimés. Et quant à Johan Gerard, detenus, que l'on l'allez fere respondre sus les interrogas que luy seront fayct. Et quant az ce que ledtz Froment acculpe le docteur Morand avoyt dist que sainct Pault avoyt esté caffars, resoluz de les envoyés querre tous deux, az deux heures apprès mydi, affin qui l'on et l'aultre soyent aoys.
  • (M. Froment ; Docteur Morand) - Ledtz maystre Anthoenne Froment, en ensuyvant les propos que autjourduy az proferés, derechier veult maientenyr que autjourduy le docteur Morand az prescher que sainct Paul avoyt esté caffars et, si veult dire le contrayre, se aoffre le veriffier. Ledtz docteur Morand respond qu'il az bien dist et parlé de caffars du diable, des ministres de Sathan. Toutesfoys, interrogué ledtz Froment, voyer ce qu'il az presché autjourduy, s'il est faulx aut veritable. Ledtz Froment az repliqué qui le veult maientenyr, qu'il a dict que sainct Paul avoyr esté caffars et l'a dtz en saz predication autjourduy, et que il le maientiendraz en une congregation generale aut par devant son ordinayre. Derechier, ledtz docteur Morand az respondus qu'il n'est poient subjectzs az poient de congregation de pays de Berne, ayns doybt tant seullement l'hobeyssance az Dieu et az Messrs de laz ville de Geneve, et que laz aut, si fayct le delyct, que l'on doybt fere reparacion, requerant respondre par ledtz Froment, voyer si cella qu'il az presché autjourduy, s'il est faulx aut veritable, et az ce le cominer. Daventage, az proposé coment ledtz Froment az fayct imprimer une espitre en ceste ville, laquelle, en passage, est contre laz verité, s'opposant sus lesdtz livres et qu'il ne luy soyent poient relaché. Derechier, ledtz Froment az proposer que lesdtz livres son bons et selon Dieu fayct et composé, et les veult maentenyr icyeulx estre selon Dieu fayct, mes, puysque ledtz Morand sed declayré partie, az demandé qu'il doyjent fiancer l'ung et l'aultre, et qu'il soyent aoys en justice.
  • (Remission) - Ont esté, lesdtz docteur Morand et maystre Froment, remys az demaien, en Conseyl, az suyvre en droyct et justice.
(R.C. impr., n.s., t. IV/1, p. 203-206) [*Dentière, *Froment, *Girard, *Marcourt, *Morand]

-

07 mai 1539
  • (Maystre Morand predicant) - Jouxte laz resolucion et remission hier faycte az maystre Morand et az maystre Anthoienne Froment, sed comparus le docteur Morand, proposant qu'il veult maientenyr, pour laz saincte Escripture, que cella qu'il preschyt hier est de Dieu et que les lyvres que Froment az fayct imprimer son en pluseurs passages contre Dieu, requerant icyeulx ne luy estre relaché et justice luy estre ministrez, accusant laz contumace dudtz Froment az autjourduy remys, non comparissant, ny persone suffisante pour luy, et sus cecy, luy oultroyé passement contre ledtz Froment et fere cognoyssance.
  • (Missive de m. Froment) - Sed comparus Claude, filz de Johan Levrat, produyssant une missive escripte par ledtz Froment, contenant en soubstance que à luy n'estoy possible comparoystre, voyeant qu'il avoyt une cause az Neufchatel bien atyve, entendant de venyr fere respondre ledtz Morand et aultrement comment est contenus en icelle missive.
  • (Desfection) - Ayans entendus les susdtes proposites et viheuz icelle missive, az esté reputé ledtz Froment non comparissant, contumaz, le condempnant aux interest dudtz docteur Morand, az nous reservant laz moderation, luy oultroyant deffaulx et passement contre ledtz Anthoenne Froment.
(R.C. impr., n.s., t. IV/1, p. 207-208) [*Dentière, *Froment, *Girard, *Morand]

-

08 mai 1539
  • (Les predicans) - Les quattres seygneurs predicans, mesmement le predicant Marcour, az proposé coment ill est venus az notice que, le 6 de ce moys, que estant maystre Anthoenne Froment en ceste ville, az proferés aulcunes parolles sinistres de luy, sed Claude, contre ledtz Froment, disant icelles parolles non estre veritable, priant luy administrez justice.
  • (Missive envoyé az Berne) - Actendus le passement que maystre Morand obtenyt hier contre Froment non comparissant et laz clame dudtz Marcour, resoluz d'envoyé az Berne, affin de fere venyr comparoystre ledtz Froment et maentenyr ce que en laz ville, contre nous predicans, az proferés, aultrement que l'on publieraz ledtz Froment avoyer mal et meschamment contre nous predicans parlé. Et touchant ses lyvres, qu'il soyent toutjour en sequestre.
  • (Requeste pour Jo. Girard, imprimeur, detenus) - Lesdtz predicans ont prier d'avoyr Johan Girard, detenus, pour recommandé, actendus qu'il az son auctheur, m. Froment, lequelt l'az fayct imprimer ledtz livre. Resoluz que l'on le fasse respondre pour laz secunde foys et que son cas soyt mys en Conseyl demaien.
(R.C. impr., n.s., t. IV/1, p. 208-209) [*Dentière, *Froment, *Girard, *Marcourt, *Morand]

-

09 mai 1539
  • (Jo. Gerard, detenus ; Submission et fiancement) - A laz requeste des predicans et de laz femme dudt detenus, az esté arresté que, moyennant caution de ce representer tantes et quantes foys etc., et de respondre touchant les lyvres qu'il az imprimer, sus poienne de avoyr le cas, duquelt l'on l'az intitulé, avoyr pour confessés, resoluz estre relaché des prisons, ce nonobstant que le procureur general le suyve en droyct par devant monsr le lieutenant etc. Lequelt Jo. Girard sed submys, sus poienne d'avoyr le cas pour confest et poienne de 100 escus soley, de ce representer tantes et quantes foys etc., et sed constitué saz fiance, hon. Michiel Varot, lequelt az promys etc., et az esté liberé.
(R.C. impr., n.s., t. IV/1, p. 211) [*Dentière, *Froment, *Girard]

-

09 mai 1539
  • (Edicst des imprimeurs) - Arresté que l'on fasse publié az voex de trompe que nul n'aye az imprimer chose que soyt dans laz ville sans licence de Messrs, sus poienne d'estre repryns et pugnys jouxte le droyt.
(R.C. impr., n.s., t. IV/1, p. 211; CARTIER, 1893, p. 4) [*édit, *imprimeurs]

-

10 mai 1539
  • (Submission de Reynauld Cartier) - Lequelt est detenus en laz Moyson de laz Ville à l'instance de Vigant Karoling, imprimeur, pere de saz femme, az cause du different du contrayct de mariage fayct entre ledtz Reynaul et Katherine, fille dudtz Vigant. Lequelt Renaud, pour eviter dispence, sed submys, sus poienne de 100 escus soley, de ce representer mardy prochaien en Conseyl et demoré en droyct et rayson etc.
(R.C. impr., n.s., t. IV/1, p. 214) [*Koeln]

-

13 mai 1539
  • L'on vous fayct assavoyer, az tous imprimeurs, soyent de laz ville out estrangier, n'ayent az imprimer dans laz ville chose que soyt, que premierement n'ayent esté presenter en Conseyl et avoyr obtenus licence, et ce sus laz poienne  de l'indignation de Messrs.
(R.C. impr., n.s., t. IV/1, p. 218) - (Cartier, 1893, p. 4) [*édit, *imprimeur]

-

23 mai 1539
  • Berne. Lettre des avoyer et Conseil de Berne aux syndics et Conseil de Genève, au sujet du livre du cardinal Sadolet, évêque de Carpentras, et de celui d'Antoine Froment.
  • Nobles, magnificques Seigneurs, singuliers amys, treshiers et feaulx combourgeoys, nous avons receuz les livre du cardinal de Carpentras et entenduz vostre rescription touchant icelluy, pareillement, le livre de Froment, imprimé en vostre ville. Sur le premier, avons advisé de fayre respondre au long, aud. cardinal, et sur ce, donné charge az aulcuns nous predicant de cela fayre. Quant à l'aultre livre de Froment, sera icelluy regardé par gens scavant et après avoir ouys leur jugement sur icelluy, vous en advertirons. Davantaige, vous prions que l'imprimeur qu'avez mis en prison à cause dud. livre, veilliez mectre sur caution en liberté et luy rendre les aultres livres, retenant ceulx dud. Froment, jusque à ce que la vision soyt faicte. Ledit Froment s'est aussy offert de respondre en justice à ung chescung, devant son juge ordinayre, pour toutes querelles que l'on pourroyct dresser contre luy, de quoy l'on soy doibt contenter. Datum XXIII may anno etc. XXXIX. L'advoyer et Conseill de Berne.
A.E.G., P.H. 1224 A/17) [*Dentière, *Froment, *Girard]

-

24 mai 1539
  • Az esté ballé licence de imprimer l'Ugnon  az l'impremeur devant Sainct-Pierre.
(R.C. impr., n.s., t. IV/1, p. 235) [*Michel] [GLN-1327]

-

06 juin 1539
  • (Le sire Johan Michiel, imprimeur) - L'on az donné licence audtz imprimeur de povoyr imprimer la bible.
(R.C. impr., n.s., t. IV/1, p. 259 [*Michel]

-

18 juillet 1539
  • (Hugouz Justo) -- Item, le 18 jor du moy de jullectz 1539, j'ay reseu de Hugoz Justoz, librayre, por l'intrage dounne mayzon et donne butiques, 4 ff.
(A.E.F., Finances M 24, fol. 50) [*Juste]

-

1er août 1539
  • Hugo Justo, libraire, doit por l'amodiacion d'une maison que fust à Lencura Bona, estant en la charriere des Chanoynes, comme apart par l'amodiacion receu par Butini au livre des amodiacions receu par Velluti, à fol. 28, commansant le premier jour d'aoust 1539, por le pris de ff. 6, jusques au premier jour d'aoust 1541, que sont 2 ans et pour ce, ff. 12.
  • Plus pour le loyage d'une botique estant en la maison du procureur de Chapitre, devant Sainct-Pierre, por le pris de ff. 2, por an, et ce por 2 ans passés au premier d'aoust 1541, ff. 4.
(A.E.G., Finances S 2, fol. 35v°) [*Juste]
  • Receu que ast poyé au tressorier jaques Simond por l'intrage de la maison et botique, comme apart au compte dud. Simond, à fol. 50, ff. 4.
  • Plus en reparation à fere recovri le toy de la maison, ff. 1.
  • Item, pour acoutrer la botique de laquelle l'on ast osté 6 ou 7 charre de terre et puys la fest lonné de desoubtz, que coste ff. 3. Reste devant ff. 8.
(A.E.G., Finances S 2, fol. 35v°) [*Juste]

  • Ugoz Justo doit por acord fet de la cense de sa mezon, depuis l'an 1541 jusque en l'an 1552, le 6 de decembre, que monte ff. 37.
  • Plus doit le dit Justo, depuis l'an 1552 jusque en l'an 1557, le 6 de decembre, la sense des 68 ff. que monte 3 ff., 4 s., 10 d. par an, que sont 5 ans, monte ff. 16, s. 10, d. 6.
(A.E.G., Finances S 2, fol. 238v°) [*Juste]
  • Ugo Justo doit avoir qu'il a poié au sr Du Pan, por la somme contre escript, consté à son livre à fol. 71, ff. 37, s. 4, d. 3.
  • Plus a poié au thesorier Des Ars, comme apart par son livre, fol.. 150 et par quittance du 21 de septembre 1554, ff. 6, s. 9, d. 8.
  • Plus a poié aud. Des Ars, apart par quittance du 28 de janvier 1557, ff. 3, s. 4, d. 4.
  • Plus a poié au thesorier Migerand, apart par quittance et par son livre, folio 35, ff. 10, s. 1.
(A.E.G., Finances S 2, fol. 239) [*Juste]

-

15 août 1539
  • (Jo. Girard, imprimeur) - Lequelt az priez luy volloyer donner licence de imprimer laz bible en petit volume. Resoluz que cecy soyt remys az mardy prochaien et que cependant, ledtz Jo. Girard doyge appourter laz bible sus laquelle veult imprimer l'aultre, et que elle soyt monstré aux predicants.
(R.C. impr., n.s., t. IV/1, p. 372-373) [*Girard]

-

22 août 1539
  • (Jo. Girard, imprimeur) - Ledtz Jo. Girard az demandé congé de imprimer laz bible en petit volume. Ayans aoys laz relation des predicans, resoluz que celle qu'il nous az monstré, laquelle az esté faycte az Neufchatel, qu'elle az esté reprovee et qu'il ne laz doyge ainsy imprimer.
  • (Jo. Michiel, imprimeur) - Et quant az Jo. Michiel, auquelt deyjaz az esté ballié licence de imprimer icelle en petit volume, ayans aoys la relation des predicants, resoluz qu'il suyve en son affere.
(R.C. impr., n.s., t. IV/1, p. 384) [*Girard, *Michel]

-

02 septembre 1539
  • (Jo. Michiel, imprimeur) - Lequelt, par cy-devant, az pryer luy volloyer donner licence de imprimer certaiens lyvres composees à laz gloyre de Dieu, lesquieulx ont esté visité par maystre Anthoienne Marcour, predicant, lequelt, presentement icy, az fayct relation que az son advys il sont composé selon Dieu. Toutesfoys, az esté resoluz que maystre Morand les doyge encore visité.
(R.C. impr., n.s., t. IV/1, p. 403) [*Michel]

-

05 septembre 1539
  • (Licence az Jo. Michiel, imprimeur) - Ayans aoys laz relation des predicans, az esté donné licence audtz imprimeur de imprimer ung lyvre nommé Laz Bergeyrie et ung aultre que ce nomme Terribilis vere locus iste. Et quant aux aultres lyvres, que il ne les doyge pas imprimer.
(R.C. impr., n.s., t. IV/1, p. 412) [*Michel]

-

19 septembre 1539
  • (Jo. Girard, imprimeur) - Lequelt az demandé licence de povoyer imprimer laz bible en petit volume. Arresté de parler az Jo. Michiel, imprimeur, autquelt deyjaz az esté donné licence de icelle imprimer en petit volume, voyer si le veult fere aut non.
(R.C. impr., n.s., t. IV/1, p. 439) [*Girard]

-

19 septembre 1539
  • (Imprimeurs) - Pour obvyer qu'il ne soyt imprimer nul lyvre autquelt l'honneur et laz gloyre de Dieu ne fusse rejecté, az esté arresté et concluz que tous imprimeurs doygent appourter le premier lyvre qu'il auront imprimer, lequelt debvraz demoré en laz Moyson de laz Ville.
(R.C. impr., n.s., t. IV/1, p. 439; Cartier, 1893, p. 4 [*édit, *imprimeur]

-

10 octobre 1539
  • (Jo. Girard, imprimeur) - Lequelt az prier luy volloyer donner licence de imprimer laz bible en petit volume, ce que luy az esté oultroyé, moyeannant quil icelle soyt bien collationé par les srs predicans et que laz premiere que seraz imprimer, qui laz doyge apporter ceans. Et combien que l'on aye donné licence az maystre Jo. Michiel, imprimeur, de icelle en petit volume imprimer et qui n'ast pas encore son cas prest, ne luy az pas esté osté ladte puyssance, mes qui laz puysse imprimer quant son cas seraz prest.
(R.C. impr., n.s., t. IV/1, p. 465) [*Girard]

-

21 novembre 1539
  • (Jo. Girard, imprimeur) - Autquelt, à saz requeste, luy az esté donné congé de imprimer L'Instruction des enfans en françoys, sus laz saincte Escriptures fondees.
(R.C. impr., n.s., t. IV/1, p. 520) [*Girard]


-

27 décembre 1539
  • (Jeham Mychiel) -- Item, le 27 du moy de decanbre 1539, j'ay reseu de Jeham Michiel, de Marynant, ynprymour, en deducion du luage dounne mayzon de la Chantrerye, la somme de 10 ff.
(A.E.G., Finances M 24, fol. 61) [*Michel]

Base de données des Archives d'Etat de Genève



Site web créé avec Lauyan TOWebDernière mise à jour : mercredi 30 décembre 2015